L’un visible

A bergerac, un lieu, deux activités : galerie et thérapie, en quête de l'Un

Accueil > Art africain > Suku > Masque Suku Hemba

Masque Suku Hemba

Makunda (également appelé n-khanda, m-khanda, longwa ou nzo longo) est la société d’initiation Yaka et Suku utilisée pour faire passer les garçons à l’âge adulte. Les garçons Suku sont emmenés dans un camp de brousse à l’extérieur du village principal, circoncis, bizutés, reçoivent de nouveaux noms, apprennent ce qu’il faut pour devenir un homme (chasse, sexe) et enseignent également des spectacles et des danses spécifiques associés à la société et à la communauté. Pendant les spectacles de danse, les initiés portent des masques de danse spéciaux tandis que leurs professeurs seuls sont autorisés à porter les masques rituels des cérémonies de makunda.

Un de ces masques de danse initiés, que l’on trouve chez les Suku et dans certaines régions de l’ethnie Yaka, est le masque de casque hemba. Considérés comme des représentations physiques d’ancêtres et d’anciens chefs de matrilignage (leemba), les masques hemba sont utilisés lors de la cérémonie de clôture du makunda où les garçons sont réintroduits dans la communauté en tant qu’hommes. Une paire de masques hemba sont dansés pour célébrer les nouveaux adultes et divertir les villageois. Certaines sources mentionnent que les masques de hemba modernes sont rehaussés des cendres de masques dansés lors des précédentes cérémonies de clôture du makunda.

Au-delà de l’utilisation dans les cérémonies de makunda, les masques hemba sont également associés aux rituels de chasse, de punition et de guérison. Les Suku croient que danser le masque hemba garantira des chasses réussies et punira ceux qui sont irrespectueux ou qui souhaitent nuire aux autres.

Caractéristiques distinctives

Fabriqué à partir d’une section cylindrique de bois
Taillé en casque ou en forme de cloche
Extérieur sculpté dans le visage humain
Coiffure souvent décorée de motifs incisés (formes triangulaires dans les zones baguées)
Coiffure peinte en noir
Certains sculptés avec crête de cheveux en relief
Coiffure souvent surmontée d’une superstructure de figure animale ou humaine
Les animaux sculptés peuvent inclure l’antilope (tsé-tsé / bambi), l’oiseau chanteur (kingundu ; signifiant bon conseil), le singe (nzangi ; intelligence humaine), le pigeon (yembi), le canard (bata)
Sculpté dans le même morceau de bois que le masque (c’est-à-dire en une seule pièce)
Cornes en bois parfois sculptées directement sur le masque ou sur la superstructure animale sculptée
Expression majestueuse, sérieuse et puissante
Yeux fendus
Sous le menton, le masque s’étend vers le bas pour former la poignée
Poignée cachée par une frange en raphia qui entoure l’extérieur inférieur du masque

Variations régionales (Southern Suku) :

Visage peint en blanc
Des marques de « scarification » verticales bleues descendent des paupières inférieures
Le bleu définit parfois les sourcils, les paupières et la crête du nez

Variations régionales (Northern Suku & Yaka of Pandzi) :

Visage peint en rouge
Suivant les régions, les masques Hemba sont appelés ngulu, mayamba, kangondi, tsumbu, mbala, lundemba, loku, lukalu, mbombo mnma et kilesi dans cette région

L’exemplaire présenté date du début du XXème siècle.

Sa hauteur est de 36 cm.

Provenance : ancienne collection belge HDB, Henry Coomans de Brachène

Portfolio